Saison 1, Episode 1

Incidences des formes urbaines

sur la biodiversité

Interview avec la professeure Marianne Cohen,

enseignante-chercheuse à la Sorbonne

 

 

Contenu et invitée

Le manque d’espaces verts dans la capitale n’est pas un scoop, mais qu’en est-il de la biodiversité ? Où se cache-t-elle ? Quels services rend-elle? Comment les formes urbaines se répercutent-elles sur la faune et la flore en termes d’abondance mais aussi de diversité des espèces ? Alors quels modèles urbains sont-ils finalement préférables de privilégier ?

Pour répondre à ces interrogations, aujourd’hui, je suis allée à la rencontre de la professeure Marianne Cohen, enseignante-chercheuse à la Sorbonne à Paris.

Madame Cohen travaille notamment pour le Laboratoire (EneC) Espaces Nature et Culture. Ses recherches portent, pour partie, sur les milieux fortement transformés par l’homme, dans leurs interactions écologiques.

Chers auditeurs, je vous invite sans plus tarder à écouter cette émission relatant des travaux de recherche actuels. Marianne Cohen a participé à l’écriture de deux ouvrages. Nous passons en revue le cas de Paris, la vulgarisation de termes spécifiques, les incidences de 5 modèles urbains et nous nous pencherons enfin sur une question plus spécifique : l’accès à la biodiversité est-il une question de richesse ?

Photo de couverture : Petite Ceinture Paris © afp.com – Jacques Demarthon

« Le bâti, vous me direz, c’est le propre d’une ville ! Mais le bâti peut faire effet de barrière pour certaines espèces. Pourquoi ? Prenez une espèce végétale admettons, dont les graines sont dispersées par des fourmis. Les fourmis vont faire le tour du bâti, mais ça va leur demander beaucoup d’énergie, elles n’ont pas une forte capacité de dispersion. […] C’est la même chose pour des petits mammifères que l’on trouve dans le sol, qui ont une faible capacité de dispersion. Evidemment, les oiseaux vont être moins gênés par l’effet de barrière parce qu’ils peuvent voler. Mais l’effet de barrière du bâti est importante. »

Marianne Cohen

Professeure et enseignante-chercheuse à la Sorbonne

Ecouter l’émission

Appuyez sur play et attendre quelques instants, votre podcast se charge puis le son arrive !

PARTIE 1 : La biodiversité urbaine de Paris (à écouter à partir de 3.58minutes) A travers l’exemple de Paris, questionnons la crise de la biodiversité en milieu urbain ? La ville agit-elle comme filtre environnemental ?

 

PARTIE 2 : vulgarisation des termes spécifiques aux travaux de re-cherche de Marianne Cohen (à écouter à partir de 16.00 minutes) Trames vertes, corridors écologiques, Services écosystémiques. Croisement des types de végétation par services écosystémiques rendus.

 PARTIE 3 : Décryptage des formes urbaines favorables et défavo-rables à la biodiversité (à écouter à partir de 23.34 minutes) Formes urbaines étudiées : Quartiers anciens et haussmanniens, Modèles urbains récents, Ilot ouvert, Modèle charte d’Athènes, finalement quel est le meilleur modèle ?

PARTIE 4 : Accès à la biodiversité urbaine selon les profils socio-professionnels dans la capitale (à écouter à partir de 53.24minutes) L’accès à la biodiversité est-il une question de richesse ? Qui sont les habitants des quartiers supports des services écosystémiques les plus importants ? Qu’en est-il des autres villes ?

Petite ceinture de Paris © Pierre Folk

LIVRES PRESENTES DANS L’EMISSION et écrits par Marianne Cohen

Trames vertes urbaines, de la recherche scientifique au projet urbain, supervisé sous la direction de Philippe Clergeau et Nathalie Blanc, paru en 2013 aux éditions Le Moniteur. Marianne Cohen a rédigé en équipe le chapitre portant sur les Ecosystèmes et les pra-tiques des espaces à caractère naturel à Paris.
Ecocity, Knowledge city, Smart city : vers une vile écosoutenable ? , il a été supervisé sous la direction de Patrizia Ingallina (également professeure à l’Université de la Sorbonne), est paru en février 2019 aux éditions Septentrion. Marianne Cohen a rédigé le chapitre Inégalités socio-professionnelles et biodiversité urbaine.